ecriture2Le 31 janvier dernier, le blog avait publié la dictée de Michel Ligner "Fautes incluses" en invitant les lecteurs à participer.

Aujourd'hui, il vous repropose le texte initial incluant les fautes pour vous donner une dernière chance de corriger cette dictée.

Alors à vos crayons rouges!

Le palmarès et le corrigé vous sont proposés dans la foulée avec, en prime, les précisions de l'auteur.

Qu'on se le dise! La meilleure élève n'a fait qu'une faute et demie.

Chapeau et même "Chapeaux ronds, vive la Bretagne!" puisque les quatre premiers sont bretons!

 

La dictée avec "fautes incluses"

« Qui a eu cette idée folle, un jour d’inventer ce syntagme : « L’écriture inclusive » ? Savez-vous, vraies honnêtes gens bien éclairés que dans ses lettres permutées, on découvre cet anagramme : « Civilisez un lecteur » ?

Dans La Comédie humaine Sarrazine en serait tombée des nues, assurent les uns qui suivent, extasiés, la chose à la lettre, sans y voir le moindre anicroche ou un grand dam.

Pourquoi d’arrache-pied nous rabattre les oreilles avec cette inclusive écriture sensée hacher menu comme chaire appâtée, nos si chères règles de grammaire et d’orthographe, répliquent les autres, attachés aux mots qui sonnent justes et à la politesse de notre langue.

Les acadiens et les acadiennes, hauts perchés dans leurs hardis ziggourats se sont ils parlés, interrogés sur la confusion des genres et les croiser dans les krachs auraient-ils mal menés l’alphabet de Saladin ou pérorer à l’envie sur le langage épi scène ?

Dans le wok, un isme y tomba et si du concept chauffé à blanc, s’envolait de l’athanor sociale une colombe, sans nul conteste, plus d’un trouvère, ici bas, en seraient tout babas.

Des ailes pour aller aux îles du Grand Nord, jusqu’au mont « Analogue » où Jean, un aventurier des glaces, ambassadeur de l’Arctique, né à Mayance, adressa une lettre, il y a sept ans, à un eskimo de deux mille-vingt-deux, espérant peut-être une réponse noétique en guise de branche d’olivier, pour son centenaire.

Par dessus les toits de la ville de la petite sirène, quelque chose qui passe ou s’exhale en effluves bleus, sur les airs d’une inaccessible étoile…

D’un principe d’exclusion au chant de Malorie, de l’institut au jardin, de l’aréopage savant aux millions d’yeux de l’eurovision, du physicien Poli à l’interprète français, cette traînée d’or galactique, telle un fil d’Ariane tendu pour trouver ses repaires dans la nuit labyrinthique du temps.

Et sous le ciel de Paris, les amoureux de la chanson douce posent la question : L’écriture inclusive, pourquoi faire ?

Un dé, peut-être, jeté au petit bonheur la chance pour réhabilité, du coup, l’antonyme du hasard… Ou l’arc en ciel après le déluge.

Clarisse, du Collège de France, spécialiste hors paire des écritures, s’inquiète et s’interroge : – « Dira-t-on bientôt » Monsieur le sentinel » et » Mademoiselle la mannequine » ? » Et Madame le juge en la matière d’en appeler à notre atterrissage dans sa conclusion où transparaît, en filigrane, une nouvelle idée civilisatrice.

Alors, sans tambours ni trompettes, autant redescendre sur terre… humaine et ferme ».

Texte signé Michel Ligner

 

Le palmarès
                                        _____

1- Marie-Thérèse Kervella     29 Le Conquet 1faute et demie / Correctrice agréée

2 -Denise Pelleau                  29 Milizac-Guipronel  2 fautes  / Institutrice retraitée

3- Liliane Le Roy                   29 Brest  2 fautes / Retraitée Fonction publique territoriale

4- Evelyne Baïsset                 29 Landerneau 4 fautes / Retraitée, professeur émérite.

5-  Marcel Cailton                  79  Nueil-les-Aubiers 4 fautes / agriculteur retraitée corrigé de la dictée 2022

  

La dictée sans "Fautes incluses"

ecriture3Qui a eu cette idée folle, un jour d'inventer ce syntagme : "L'écriture inclusive"  ? Savez-vous, vrais honnêtes gens bien éclairés que dans ses lettres permutées, on découvre cette anagramme : « Civiliser un lecteur » ?

Dans La Comédie humaine Sarrasine en serait tombé des nues, assurent les uns qui suivent, extasiés, la chose à la lettre, sans y voir la moindre anicroche ou un grand dam.

Pourquoi d'arrache-pied nous rebattre les oreilles avec cette inclusive écriture censée hacher menu comme chair à pâté, nos si chères règles de grammaire et d'orthographe, répliquent les autres, attachés aux mots qui sonnent juste et à la politesse de notre langue.

Les akkadiens et les akkadiennes, haut perchés dans leurs hardies ziggourats se sont-ils parlé, interrogés sur la confusion des genres et les croisés dans les kraks auraient-ils malmené l'alphabet de Saladin ou péroré à l'envi sur le langage épicène ?

Dans le wok, un isme y tomba et si du concept chauffé à blanc, s'envolait de l'athanor social une colombe, sans nulle conteste, plus d'un trouvère, ici-bas, en serait tout baba.

 Des ailes pour aller aux îles du Grand Nord, jusqu'au  « Mont Analogue" où Jean, un aventurier des glaces, ambassadeur de l'Arctique, né à Mayence, adressa une lettre, il y a sept ans, à un eskimo de deux mille vingt-deux, espérant peut-être une réponse noétique en guise de branche d'olivier, pour son centenaire.

Par-dessus les toits de la ville de la petite sirène, quelque chose qui passe ou s'exhale en effluves bleus, sur les erres d'une inaccessible étoile...

D'un principe d'exclusion au chant de Mallory, de l'institut aux jardins, de l'aréopage savant aux millions d'yeux de l'Eurovision, du physicien Pauli à l'interprète française, cette traînée d'or galactique, tel un fil d'Ariane tendu pour trouver ses repères dans la nuit labyrinthique du temps.

Et sous le ciel de Paris, les amoureux de la chanson douce posent la question : L'écriture inclusive, pour quoi faire?

Un dé, peut-être, jeté au petit bonheur la chance pour réhabiliter, du coup, l'antonyme du hasard...Ou l'arc-en-ciel après le déluge.

Clarisse, du Collège de France, spécialiste hors pair des écritures, s'inquiète et s'interroge : - "Dira-t-on bientôt "Monsieur le sentinel" et "Mademoiselle la mannequine"?" Et Madame le juge en la matière d'en appeler à notre atterrissage dans sa conclusion où transparaît, en filigrane, une nouvelle idée civilisatrice.

Alors, sans tambour ni trompette, autant redescendre sur terre...humaine et ferme. "

 

Quelques précisions de l'auteur:

 Il n'est pas compté de fautes aux lettres majuscules ni aux signes de ponctuation.

 La graphie « esquimau » est, bien sûr, acceptée.

 Pour les acadiens et les acadiennes, c'est une autre chanson et la faute aux deux termes n'est comptée qu'une seule fois. Idem pour sans tambours ni trompettes.

 L'expression « Madame le juge » est ici, la seule retenue.

 La citation de Clarisse non reproduite fidèlement est une faute.

 Dans la citation, les fautes sont incluses et il est de bon aloi de respecter le texte de l'auteur :

 « Nous parlons dans un univers plat, désymbolisé, où toute parole est l'équivalente de toute parole, avec des langues qui tremblent sur leur fondement. Ayant oublié qu'elles sont de l'ordre du notionnel, il nous faut coller les mots au réel comme y adhèrent les images, comme y adhèrent les enfants qui apprennent à parler, réintégrer le contexte et dire « Madame la Juge ». Dira-t-on bientôt

« Monsieur le sentinel » et Mademoiselle la mannequine » ?

  (Clarisse Herrenschmidt, « Les trois écritures - Langue, nombre, code - », pages 500 et 501)

 La faute de trait d'union est une demi-faute. Une seule faute ou demi-faute comptée par mot incorrectement orthographié, fors l'exception susmentionnée.

 Il n'est pas tenu compte des rectifications de l'orthographe de 1990.

 Les difficultés du texte de la dictée

vrais honnêtes gens : L'adjectif épicène « honnêtes » entre « vrais et gens » oblige, car c'est la règle , à écrire vrais au masculin. Il en eût été de même avec « vrais braves gens ».

En revanche on écrit « bonnes gens » et les adjectifs placés après gens sont masculins.

ses lettres permutées : Ce sont celles du syntagme et l'adjectif est possessif et non démonstratif.

Sarrasine en serait tombé : Dans la nouvelle mentionnée, Sarrasine est un homme, donc tombé.

la moindre anicroche : Mot féminin.

grand dam : Dommage  (pas de e final) dam n'est pas une dame, dame !

rebattre le oreilles : Mais non rabattre.

écriture censée hacher menu comme chair à pâté : supposée mettre en pièces

les Akkadiens et les Akkadiennes : Rien à voir avec les acadiens et les acadiennes de la chanson de Michel Fugain ! Le mot akkadien vient de Akkad , nom d'une ville de Mésopotamie. L'Akkadien est la plus ancienne des langues sémitiques.

ziggourats : La ziggourat est une pyramide à étages dont la plus petite plate-forme au sommet, portait une chapelle qui servait de sanctuaire et d'observatoire aux Assyriens. Nom féminin, donc hardies

haut perchés: Haut est ici adverbe, il est donc invariable.

se sont-ils parlé :  Le participe passé parlé ne trouve rien avec quoi s’accorder et c’est la raison pour laquelle il reste ici invariable.

les croisés :Un croisé est un chevalier chrétien occidental qui a participé aux croisades du Moyen Âge. Il est appelé croisé car il a une croix cousue sur ses vêtements.

kraks :Le krak est une construction fortifiée (château fort) édifiée par les croisés au Proche-Orient.

(Ne pas confondre avec le krach boursier, évidemment!)

malmenés : En un seul mot.

Saladin : Souverain du Moyen Âge musulman.

épicène :Dont la forme ne varie pas selon le genre.

« Habile » est un adjectif épicène.

wok : C'est un ustensile de cuisine chinois, une sorte de marmite. On parle de légumes sautés au wok.

(Voir Le Petit Robert, 2019, page 2752) Ne pas confondre avec le terme  anglo-américain woke (éveillé) avec un e final qui désigne le fait d'être conscient des problèmes liés à la justice sociale.

isme : C'est un concept ; Ne pas confondre avec un isthme qui est une bande de terre resserrée entre deux mers.

athanor : Nom masculin. En alchimie c'est un grand alambic à combustion lente.

sans nulle conteste :Cette expression est toujours au féminin.

trouvère : poète.

plus d'un : Expression qui appelle le singulier donc en serait tout baba.

ici-bas : Locution adverbiale avec un trait d'union

Mont Analogue : Roman d'aventures alpines, non euclidiennes et symboliquement authentiques, de René Daumal

Mayence : Ville allemande située sur la rive du Rhin.

Jean : Il s'agit de Jean Malaurie né en 1922 et auteur d'un livre intitulé « Lettre à un inuit de 2022 »

eskimo : On écrit aussi esquimau.

deux mille vingt-deux : Trait d'union  seulement entre vingt et deux.

noétique : Relatif à,la noèse, doué de raison, raisonnable.

Par-dessus : Préposition avec un trait d'union.

effluves bleus : Ce sont des émanations qui se dégagent des corps vivants ; Nom masculin donc effluves bleus.

sur les erres : Sur le sillage, la piste. Ne pas confondre avec aires, airs, ères, et hères

chant de Mallaury Chanson interprétée par la chanteuse Rachel au concours de l'Eurovision en 1964, qui se déroula à Copenhague, au Danemark. Elle s'est classée quatrième.

de l'institut :L'Institut Niels-Bohr a été fondé en 1921, sous l'impulsion du physicien danois Niels Bohrprix Nobel de physique en 1922. À l'occasion du 80e anniversaire de Niels Bohr, le 7 octobre 1965, l'institut, qui s'appelait alors Institut de physique théorique de l'université de Copenhague, prit officiellement le nom d'Institut Niels-Bohr.

L’institut de physique, que dirigeait Bohr et où Heisenberg et Pauli étaient de fréquents visiteurs, était situé à Copenhague.

aux jardins : Ce sont les jardins de Tivoli à Copenhague (Tivoli Gardens).

Pauli ; Wolfgang Ernst Pauli est un physicien autrichien connu pour sa définition du principe d'exclusion en mécanique quantique, ou principe de Pauli, qui lui valut le prix Nobel de physique de 1945.

labyrinthique : Qui appartient à un labyrinthe ; inextricable comme un labyrinthe. Attention à la place du h.

interprète française : C'est la chanteuse Rachel donc française.

arc-en-ciel : Traits d'union exigés.

hors pair : Sans égal, exceptionnel, Pas de trait d'union à cette locution adverbiale.

antonyme : Contraire.Pas de h.

réhabiliter : Avec un h, bien sûr!

en filigrane : un seul n. Que l'on devine en arrière-plan, en transparence.

sans tambour ni trompette ; Expression toujours au singulier.

 

Dessins pour le blog : Pierre Fouillet

Merci, Pierre!