FB_IMG_1611867632475On ne pourra pas dire qu'en cette période de Covid, de confinement ou de couvre-feu, le livre se retrouve au ban(c) de la société.

Bien au contraire!

On ne va pas se plaindre, non plus, d'avoir un mobilier urbain à la page.

Plus question d'affirmer dans les lieux publics : "La lecture, je m'assois dessus."

Plus question de râler en étant un peu trop vulgaire : "Les livres, j'en ai plein le c...!

Plus question de tergiverser, d'hésiter, de supputer sur l'air de "J'ai le cul entre deux chaises". Non, aujourd'hui grâce à cette illustration trouvée sur le net, on peut fanfaronner et se vanter d'avoir le cul sur trois bancs.

Un mobilier urbain à la page

Il est plaisant pour des auteurs et pour des lecteurs de voir que le livre, en pleine guerre contre le Covid et ses déviants, se retrouve en état de siège.

Cette affirmation est loin d'être dénuée de tout fondement et colle en plein à l'actualité, même si ce n'est pas un dossier chaud.

Le siège livresque est non seulement dans le vent.Il est, en plus, à la page!

On est bien loin du slogan de mai 68 "sous les pavés la plage". Un demi-siècle plus tard, on pratique plutôt dans ce lieu public "sur les pavés la page".

A condition, bien sûr, de savoir lire entre les lignes....

Alain