Le Coronavirus monopolise l'actualité et chacun apporte, à sa manière, sa contribution.

écrituriales n'échappe pas à la règle avec ce poème d'Angel Sanchez précédé ce petit montage de votre blogueur qui a revisité un dessin de Kayo consacré aux lanceurs des Highland games.

Ils ne disent pas "Le virus, je m'en balance". Bien au contraire, ils n'ont qu'une envie: le balancer...

corona dégage

L’Invité Malfaisant

Sans avoir crié gare et sans s’être annoncé
l’infiniment petit s’est très vite imposé.
En démarrant de Chine il nous a envahi,
en Asie, en Europe aux Amériques aussi.

Sautant d’un homme à l’autre, pour devenir légion,
préférant les poumons, lieu de prédilection,
il détruit les cellules qui nous font respirer
son objectif est clair : c’est de nous asphyxier.

Telle une fourmilière que l’on a dérangée,
l’homme court dans tous les sens, il est désemparé.
Il n’avait pas prévu une telle épidémie,
et se demande pourquoi ? Quelle faute a-t-il commise

Pour mériter cela ? Tout se passait si bien,
car la bourse montait, on ne manquait de rien !
Dans son cocon étanche, imperméable à tout,
Il n’a qu’un objectif : accumuler des sous.

Les Hôpitaux Publics ont été délaissés.
Ils n’ont pratiquement plus les moyens d’exercer
les soins élémentaires de solidarité
face à la pandémie qui vient de s’installer.

Il me faut souligner un point très important :
l’immense abnégation et courage des soignants
qui oeuvrent sans relâche pendant des heures durant,
En prenant tous les risques, tout en étant conscients.

Un geste symbolique de tous les bien portants,
installés aux balcons, pour des remerciements,
Qu’ils expriment en chantant avec beaucoup de coeur.
Les héros d’aujourd’hui méritent bien cet honneur.

Que va-t-il advenir quand tout sera passé
les objectifs de base seront-ils modifiés ? :
attribuer à l’espèce sa vraie priorité,
dans un environnement qui lui est associé.

Angel
Ce 25 mars 2020 à Montaigu-Vendée

image avec texte

 

 Si d'autres écriturialistes veulent proposer textes, poèmes ou contributions diverses, le blog leur est bien sûr ouvert.

Merci, Angel pour ce poème!