patois bressuirePierre Gingreau (photo Courrier de l'Ouest) sort aux éditions de la Cabernote "Les mots savants du patois bressuirais", le dictionnaire de Roger Frouin.

Et, pendant ce temps-là, circule sur le net cette petite vidéo sur le patois de nos cousins vendéens.

Cela ne pouvait pas mieux tomber.

Elle est mise en ligne par Ouest-France et propose quelques expressions typiquement régionales à l'image de l'incontournable "Bédame"

Faut-il cliquer sur ce lien proposé par plusieurs amis Facebook?

https://www.facebook.com/OuestFranceLaRocheSurYon/videos/10156003584765295/

alai kayo lightBédame oui et même il faut faire fissa!

En Vendée comme en terre bressuiraise, il est indispensable que les traditions perdurent, qu'elles soient culinaires, artistiques ou sémantiques.

Avec le patois d'Emile Ebobé

patois bressuire 2Et, pour l'occasion, le blogueur féru de patois a ressorti sa plume d'oie.

Et il reviendra bien évidemment sur cette langue locale qui nous amène à "barrer la porte" ou à "passer la sinse".

Ce ne sera pas une première.

Il n'a pas attendu la sortie du dico pour patoiser sur le blog en compagnie d'Emile Ebobé qu'il a déjà interrogé lors des Championnats du Monde de Highland Games de 2015 à Bressuire.

Et dame, i peu' vou' dire qu'olè pas ren....

"Do sapré garocheurs dans l'ouche du chatia"

V'la ti pas, bounes gens, qu'après l'anglais et le français, vot' blogueur se met au patois du Bocage!

 Diplômé de HECCC, Hautes Ecoles Communales de Courli et Chandena, il a profité d'un gros plan sur Bersuire avec les championnats du monde pour mettre l'accent sur la langue vernaculaire du " Bé dame oui!"

_ND79943Les Highland Games vus par Emile Ebobé

Avec mon gars Emile Ebobé (dessin Pierre FOUILLET), y vai vous causer de ces saprè Jeux en patois d’cheu nous ?

Pas vrai, Emile?

ecriture1 bis ébobé 2"Be dame oui et olé  rin que pour vous’ aut’!"

Bounes gens, olé pas l'abbé qui pr'che anné, olé Emile qui va causer des Highland Games dans l’poste.

En patois ben d’cheu nous !

En route, mauvaise troupe! C'est parti mon kikilt!

L'interview-marteau en patois de cheu nous

Question: Emile, dis zou dan’ aux gens comment qu’o l’était tcho Jeux à Bersuire...

Réponse: Quand qu yai vu tcheu, y’en su resté su’l cul ! Bon d'là de bon d'là, y’en su encore tout ébobé !

Do garocheurs dans l'ouche du chatia

Q- Emile, Olé t'i vrai qu'y'avait do grands fi d'garce qui garochiant do pierres  et même do châgnes tout’ drêt .

1506-130016_HG2015R- Bé Dame oui. Pour sûr, mon gars ! Et pour les mailloches et les barriques, olé d’ même

Q- A vour qu’o l’était?

R- Dame o l’était dans l’ouche du chatia et y’avait bé rede de minde.

Q-Ole ti do gars de per dâr ?

R- Bé Dame non, mon gars Alain I sont pas de Courli,  de Bersuire ou be dont  d’ Chandena. Le venan dos Amériques, y'en en même un sapré qui vin de la Zélande. I sé mêm' pas ou qu'o lé!

IMG_3046 (1280x619)Q- Dis-me  don’ comment qu’o l’était ?

R- Dame,  l'était biâ! Aussi biâ qu'au Puy du Fou do ventrachoux!  Y'en ai encor' do freudions dans l’échine…

IMG_1120Q- Mais Emile qui qui garrochion ché gârs ?

R- L'ont pas d'démain ché sacré fi d'garce : i garochan à tout bout d’champ do mailloches, in bouchin et un bareil et pi même avec un potiâ et y beudassant même pas. Et dame y z’éloisent, sacré nom de bleu…

Q-Comment qui font pour garocher do mailloches ?

R- Y virounent et pi Y virounent encore. O lé do vrais Sauteriaux. Et pi y garochent la mailloche à l’aut’ bout de l’ouche. Y peu to dire, mon gar ‘ Alain, qu’avec tchio gars, la mailloche o branle pas dans l’manche.

Couiner comme un goret

Tchio sapré gar su' la photo, Craig qui s'appeule, faut voir comme i l'empougne et faut l'entendre beugler quand i' garoche! I couine comme un goret, tchio bougre!

IMG_1124Q-Mais i garochent pas le dail, pour sûr ? olé pas un outil de chez entr'eux!

R- Bé dame non,cré fi de garce ! o la pas d'rime de garrocher un dail! Olé pas comme une mailloche

_MG_0196"Ol é des potias, pas des pigouilles"

Q- Y font-y la marienne, tcho garrocheurs?

R- Nan, y z’embauchent avant la fin d'la grond-mèsse et pi y débauchent a pas d’heure quand qu’o l’é fini. Y peut t’o dire qui z’on pas d’démain. O lé pas des bedâts, qué gars : y garochant do saprés potiats, olé pas do pigouilles, y peu t’o dire…

Un grand merci à mon gars Emile!

Bédame olété pas du prechi-precha..

ecriture1 bis ébobé 3A la revoyure.

A tché fêtes de Pâques

Alain CADU

 

Photos: Louis FRADIN, Thierry TURC, Patrick BALLARGEAU, Joannick BRIANT

 

DES MERCIS

Merci d'même à Ciaudette Fuzeau, la mojetteuse patoisante, qui a lu et approuvé la chronique ("j'me suis permis deux-trois p'tites affaires dans l'texte") .

Le blogueur lui dit grand merci et "à bêtout" et qu'a peu faire un petit coucou. La porte de cho blog, a lé pas barrée, comme on dit cheu nous!

Al a même sin nin sur le facebouc ( i sai pas tro' qui qu'o lé) : https://www.facebook.com/claudette.fuzeau

 

DES COMMENTAIRES:

Alain REVAULT par mail :

"Comparer les Sauteriaux aux lanceurs de piquet, be dam au me coupe la chique"

Daniel MONNEAU par mail :

"O lé qu’tu vas fatiguer bé red à écrire tout en patois torjou"

Frédéric DALLET, Bocker du Nord, sur Facebook:

"Et core ! Eul ' blogeur i l'avo pô baver in chtimi ! Ch'est grinmin core plus pire ! "

 

DES REPONSES AUX QUESTIONS:

Pour Gisèle B (non patoisante) sur Facebook: Eloiser signifie balancer des éclairs et, par extension, faire des étincelles